Simon Perrine

simon perrine 1
Collage – encadré sous verre 50X60cm
simon perrine 5 1
Collage – encadré sous verre 40X50cm
simon perrine 10
Collage – encadré sous verre 40X50cm
simon perrine 6
Collage – encadré sous verre 40X50cm
simon perrine 2
Collage – encadré sous verre 40X50cm
simon perrine 3
Collage – encadré sous verre 30X40cm
simon perrine 4
Collage – encadré sous verre 24X30cm
simon perrine 7
Collage – encadré sous verre 24X30cm
simon perrine 8
Collage – encadré sous verre 24X30cm
simon perrine 9
Collage – encadré sous verre 24X30cm
simon perrine 11
Collage – encadré sous verre 18X24cm
simon perrine 12
Collage – encadré sous verre 18X24cm
simon perrine 13
Collage – encadré sous verre 18X24cm
simon perrine 14
Collage – encadré sous verre 18X24cm
simon perrine 15
Collage – encadré sous verre 18X24cm
simon perrine 16
Collage – encadré sous verre 18X24cm

Perrine Simon est née en 1946.

Vit et travaille à Paris.

Au départ de mon travail, il n’y a pas d’image mentale, de projet préétabli, d’idée d’une construction, seulement une disponibilité intérieure.

Il y a eu d’abord un collectage au long des jours, de papiers rencontrés au hasard dans la rue, chez les proches, ou dans les poubelles des relieurs.

J’écoute dans le silence et je visite lentement  ces papiers recueillis.

Alors commence le travail sur les restes de livres, les matériaux familiers de l’enfance, les traces de proches ou d’inconnus, comme un hommage à ce qu’on ne regarde pas, au reste, au fragile, au délabré.

C’est pour moi une matière première précieuse, « chargée », à contempler, que je travaille, sans avoir toujours l’impression de « décider ».

Des rencontres se font entre les matières, des intrigues se nouent entre les morceaux…

Je les manipule en faisant jouer les voisinages, la superposition, et parfois l’arrachage.

Peu à peu surgissent des images,  échos sans doute de mes fréquentations de la peinture.

Mais dans ces résurgences picturales, c’est la matière « sensible » des papiers qui m’invite, que je cherche à capter : textures vivantes, parfois imprévisibles, surprise des déchirures, fragilité des transparences…comme une méditation sur la vie de l’infime, sur le présent du toucher fragile, sur la mémoire, silencieuse.                                                 

Perrine Simon  expose régulièrement à la galerie Peinture Fraiche depuis 1989

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Les commentaires sont fermés.